top of page
Rechercher

Les cartes de visite ne changent plus

Si vous vous promenez sur un salon professionnel de notre secteur, qu'il s'agisse de Fencex en Angleterre, de Paysalia en France ou de Perimeter Protection en Allemagne, vous entendrez, lors de chaque édition, plusieurs fois la même plaisanterie : « Ici, on rencontre toujours les mêmes personnes, mais elles ont toujours une carte de visite différente. »

Cette affirmation reste vraie en partie. Depuis la dernière édition d'un tel salon, il y a toujours quelques personnes qui sont toujours passées d'une entreprise à une autre. Mais ici, à la rédaction, nous n'avons pas l'impression qu'il y ait beaucoup plus de changements d'emploi qu'auparavant. Plutôt même moins.

Et si l'on y réfléchit bien, c'est assez fou. En effet, à une époque où tout le monde cherche désespérément du personnel, on pourrait s'attendre à ce que le personnel cherche encore plus à changer d'emploi. Lorsqu’on sait que tout le monde dans le secteur cherche désespérément du personnel, il est facile de postuler. Et de poser des exigences élevées. Un salaire beaucoup plus élevé. Des horaires flexibles. Du travail à domicile. Une voiture de société plus grosse.

Apparemment, quelque chose retient les gens. Nous comprenons parfaitement les employés qui se sentent parfaitement à l'aise avec leur patron actuel. Si vous êtes satisfait à 100 % de votre travail, si vous êtes payé équitablement pour le travail que vous faites, si vous avez des collègues sympathiques, un patron qui vous apprécie et si vous vous amusez plus au travail qu'à la maison, alors vous seriez fou d'aller voir ailleurs.

Mais nous voyons aussi beaucoup de situations où ce n'est pas le cas. Que ce soit dans ou hors du secteur, d'ailleurs. Nous rencontrons quelqu'un et nous pensons déjà à l'avance à ne surtout pas poser la question « Comment ça se passe au travail ? » car nous recevons alors un déluge de plaintes.

Le patron est un esclavagiste, jamais satisfait du travail accompli et en voulant toujours plus. Les collègues sont des bons à rien paresseux qui ne travaillent que lorsque le patron les regarde, mais qui, sinon, passent leur journée sur Facebook. Le salaire n'a pas augmenté depuis 5 ans et, pour ne rien arranger, les clients sont eux aussi chroniquement insatisfaits et vous devinez qui reçoit toutes leurs récriminations.

Mais si vous demandez à cette personne « Pourquoi ne démissionnez-vous pas ? Les emplois se trouvent en masse. Cherchez quelque chose qui vous plaise ! » vous voyez soudain une sorte de panique dans ses yeux. « Quoi ? Chercher un autre emploi ? » Et vous avez droit à cinquante excuses pour expliquer pourquoi il vaut mieux garder son emploi actuel.

Il semblerait que chercher un nouvel emploi soit très palpitant pour de nombreuses personnes. Certes, nous le comprenons. Vous devez vous intégrer dans une nouvelle équipe, vous devez montrer ce dont vous êtes capable et vous devez attendre de voir si le nouvel emploi est vraiment aussi agréable que l’indique la description du poste. Beaucoup de changements se profilent à l'horizon et la plupart des gens n’aiment pas cela.

Mais si vous n'aimez pas votre emploi actuel, qu'avez-vous à perdre ? En période de crise, lorsque les emplois sont rares, nous comprenons que vous préfériez rester là où vous êtes. Mieux vaut un emploi médiocre que pas d'emploi du tout. Lorsque les employeurs ont l'embarras du choix, un CV avec quelques petits boulots, voire des trous, ne joue pas vraiment en votre faveur.

Mais à notre époque, où il n'y a presque plus d'entreprises sans postes vacants, on pourrait s'attendre à ce que les gens soient plus enclins à essayer quelque chose de nouveau. Surtout si leur emploi actuel ne leur convient pas. Car même si le nouvel emploi est également décevant, il est possible de démissionner pendant la période d'essai et de choisir à nouveau parmi dix autres emplois.

D'un côté, il est bon pour les employeurs que le personnel ne parte pas au premier signe d'insatisfaction. Particulièrement à une époque où il est presque impossible de trouver des remplaçants.

Mais d'un autre côté, c'est aussi un peu dommage. Parce qu'il s'agit d'une sorte de blocage de l'entreprise. Un certain turnover est très sain dans une entreprise. Les nouvelles personnes apportent de nouvelles idées. Une nouvelle énergie pour s'attaquer à des choses qui sont restées en sommeil pendant des années. Cela vous oblige également à réfléchir en permanence à la manière de rendre votre entreprise attrayante pour de nouveaux collègues.

En outre, cela donne l'occasion d'avoir une discussion sérieuse avec les collègues qui ne sont pas très performants. Aujourd'hui, vous n'osez souvent pas le faire, car que se passera-t-il s'ils s'en vont ? Les chances de trouver un remplaçant sont moindres que celles de rencontrer un ours polaire dans le Sahara.

Cela vous oblige également à continuer à récompenser et à motiver vos meilleurs éléments pour qu'ils deviennent encore meilleurs. Si vous pensez qu'ils resteront de toute façon, il y a de fortes chances que vous les laissiez s'endormir. Ils continueront gentiment à faire ce qu'ils doivent faire, mais n'apporteront plus l'énergie qu'ils avaient auparavant.

Nous n'avons aucune idée de la manière dont cette tendance devrait être brisée. Nous ne savons pas non plus s'il est possible de la briser. Cet article ne contient aucun message, il s'agit simplement de l’observation d'un phénomène du marché qui a attiré notre attention. Quoi qu'il arrive sur le marché de l'emploi et quelle que soit l'entreprise pour laquelle vous travaillez, nous continuerons à taper des articles, de sorte que vous pourrez toujours (pendant les heures de travail) lire le Fencing Times. <

5 vues0 commentaire

Комментарии


Address

Viller Mühle, Viller 32
47574 Goch, Germany

Phone

🇩🇪 +49 2823 9453014

🇳🇱 +31 85 2088447

🇬🇧 +44 1227 919552

Email

Impressum

bottom of page