top of page
Rechercher

Une journée dans la vie d'un professionnel de la clôture

C'est lundi matin. Vous vous réveillez de bonne humeur, plein de bons souvenirs de la veille. Déjà, vous avez dormi tout votre soûl. Ensuite, vous êtes allé dans un parc d'attractions avec votre fils. Puis, vous avez participé à un barbecue avec des amis que vous n'aviez pas vus depuis six mois, vous avez bu quelques bières et beaucoup ri, et pour couronner le tout, vous avez fait l'amour avec votre petite amie dans la soirée. Vous avez l'impression de pouvoir affronter le monde entier et votre journée ne peut qu’être bonne.

C'est ce que vous pensez.

C'est alors que commence la première journée de travail de la semaine d'installation de clôtures. Avant même que vous soyez levé, le téléphone sonne. C'est l'un de vos installateurs qui vous dit qu'il est sur un projet avec des treillis en fils verts au lieu d'anthracites. Ce n’est pas sa faute. Quelqu'un avait placé les treillis verts à un endroit où les treillis anthracites sont normalement, et au petit jour, on ne peut tout simplement pas faire la différence. Il pourrait commencer à creuser des trous, il suffirait que vous puissiez envoyer ‹ quelqu'un › apporter les bons treillis.

Bien sûr, il s'agissait d'un travail qui devait absolument être effectué aujourd'hui, car demain le nouveau bâtiment sera officiellement inauguré par le maire. De plus, c'est un travail qui rapporte beaucoup d'argent et que vous tenez à facturer rapidement, car après quelques déboires, le compte en banque est assez vide et quelques factures coûteuses de fournisseurs sont encore en attente.



Mais vous étiez de bonne humeur, alors pas de problème, vous allez vous rendre au dépôt un peu plus tôt et charger ces treillis sur la remorque à l'avance, comme ça Pierre pourra les emporter plus tard. Vous vous précipitez sous la douche, sautez votre petit-déjeuner et filez au dépôt, mais pendant que vous êtes en route, le téléphone sonne à nouveau. C’est Pierre qui appelle. Il s'est blessé à la cheville en jouant au football le week-end dernier et doit d'abord consulter un médecin. Il n'est même pas certain de pouvoir venir travailler cette semaine. Le ‹ quelqu'un › qui doit apporter les treillis sur le projet, à 80 kilomètres de là, c'est vous-même. Dans ce cas, votre secrétaire n'a plus qu'à reporter quelques rendez-vous.

Vous arrivez au dépôt et voyez où se trouvent les treillis dont vous avez besoin. Vous constatez qu'à l'arrivée du matériel, vous aviez fait une très grande étiquette sur laquelle était inscrit le nom du projet. Vous démarrez le chariot élévateur et sortez, en vous demandant à haute voix comment vos installateurs ont pu être si intelligents qu'ils n’ont pas remarqué cette grande étiquette. Mais bon, tout le monde peut se tromper. Vous êtes toujours de bonne humeur.

Avant même d'atteindre le matériel, le chariot élévateur commence à crachoter. Il n'y a plus de diesel. Heureusement, vous avez toujours trois jerricans de réserve à portée de main et tous ceux qui vident un jerrican sont toujours très disciplinés pour le remplir immédiatement après. Euh, pas cette fois. Les trois jerrycans sont vides. Comme Pierre ne vient pas aujourd'hui, la camionnette n'est pas là et vous devez donc aller à la station-service avec votre voiture, avec pour résultat qu'elle va empester le diesel pour le reste de la semaine.

Vers neuf heures, vous avez enfin tout chargé, après avoir passé une demi-heure à chercher des sangles qui n'étaient pas à l’endroit où elles devaient se trouver. Vous entrez dans votre bureau pour vous laver les mains et prendre un café rapide, mais avant même d'avoir franchi le seuil, votre secrétaire s'écrie que l'ordinateur ne fonctionne pas. C’est vrai, samedi matin, vous aviez lancé une nouvelle mise à jour de votre logiciel de traitement des commandes, mais elle a apparemment échoué et maintenant tout est coincé. Votre secrétaire, votre planificateur et votre vendeur ne peuvent pas travailler. Heureusement, vous aviez fait une sauvegarde avant de lancer cette mise à jour, mais il vous faut tout de même une heure pour que tout fonctionne à nouveau. Votre humeur est encore bonne, mais elle commence déjà à se refroidir un peu.

Pendant ce temps, votre secrétaire n'a eu aucun mal à reporter deux rendez-vous à demain et à en décaler un troisième à un peu plus tard. Ce dernier n'était qu'un petit travail de mesure, où vous pouvez facilement passer en rejoignant vos installateurs. Vous pouvez enfin vous laver les mains, boire votre première tasse de café de la journée et prendre la route.

Vous êtes à peine en route que le contremaître de l'autre équipe vous appelle. Le sol du chantier qu'ils étaient censés « terminer aujourd'hui » est plein de racines et de pierres et ils ont au moins besoin d'aujourd'hui et de demain. Demain, ils doivent installer un portail coulissant, livré par l'usine directement sur le chantier. Une livraison pour laquelle le camion a déjà été chargé entre-temps et qu'il est impossible de déplacer. Bon, vous trouverez bien une solution à ce problème à votre retour.

Alors que vous vous approchez de l’autoroute, vous commencez à avoir des doutes. Ici, il y a toujours du monde. Faut-il prendre l'autoroute ou les petites routes ? Les petites routes prennent 15 minutes de plus, alors vous pariez qu'il n'y aura pas de bouchon sur l'autoroute et vous tournez sur la bretelle d'accès. Malheureusement, alors que vous venez de passer le point où vous auriez encore pu faire demi-tour, vous voyez une mer de feux rouges devant vous. Votre humeur commence à descendre en dessous de zéro.

Lorsqu’enfin vous arrivez au site du travail de mesure de 10 minutes, l'estomac grondant parce que vous n'avez toujours rien mangé, vous trouvez un client en colère qui vous demande s'il est normal d'être en retard à un rendez-vous qui a déjà été reporté. Il veut savoir si vous avez l'habitude de respecter vos rendez-vous ou s'il ferait mieux de commander sa clôture auprès d'une entreprise plus professionnelle. Il a ensuite vingt-sept questions sur chaque détail d'une clôture qui, avec ses 8,75 mètres, est probablement la plus courte que vous poserez cette année, et la prise de mesures prend finalement près d'une heure.

Une fois de retour dans la voiture, vous découvrez que le client habite dans un cul-de-sac et qu'il n'y a pas de place pour faire demi-tour. Vous devez faire une marche arrière de 600 mètres avec votre remorque, en manquant par deux fois d’accrocher vos rétroviseurs, et si un passant n'avait pas crié « stop » très fort, vous auriez aussi raccourci une Porsche flambant neuf.

De retour sur l'autoroute, vous espérez tomber sur un McDonalds, où vous pourrez rapidement passer par le McDrive pour commander deux cheeseburgers, que vous mangerez en conduisant, car vous n'avez plus le temps de vous arrêter. Vos installateurs ont déjà appelé deux fois pour vous demander où vous en étiez avec les treillis et se tournent les pouces depuis déjà une demi-heure.

Avec une humeur qui est tombée bien en dessous du point de congélation, vous arrivez sur le chantier. Il n'y a pas de chariot élévateur, le déchargement doit donc se faire à la main. Lorsque vous passez ensuite voir le client pour lui dire que vous avez presque terminé et lui demander si vous pouvez venir livrer le chantier demain ou après-demain, il vous répond : « Ah oui, j'ai oublié de vous dire : l'électricien attend encore l'interphone, qui n'arrivera pas avant deux semaines. Il mettra alors immédiatement le portail en service, puis nous ferons la livraison de chantier, d'accord ? » Il s'avère que l'inauguration avec le maire a également été reportée, de sorte que, rétrospectivement, toute cette précipitation n'était pas nécessaire et vos mécaniciens auraient pu faire l'aller-retour par leurs propres moyens. Maintenant, vous devez également attendre deux semaines de plus pour toucher votre argent.

Vous quittez le site du client en faisant crisser vos pneus et prenez le chemin le plus rapide pour rentrer. Entre-temps, la faim vous tenaille, mais heureusement, vous connaissez un petit bar de routiers sur la route, où vous pouvez manger rapidement et à peu près sainement. Vous entrez et qui voyez-vous ? Les installateurs de votre deuxième équipe, qui avaient soi-disant beaucoup de travail avec les racines d'arbres et les pierres. Ils sont assis à leur aise, chacun derrière sa machine à sous, et ont deux grands verres de bière devant eux.

Vous avez envie de les licencier sur-le-champ, mais vous vous ravisez juste à temps. Vous avez accepté trop de projets et les chances de trouver à court terme d'autres installateurs sont inférieures à zéro. Vous faites demi-tour et sortez rapidement, craignant d'assommer vos installateurs, qui travaillent dur et sont toujours bien intentionnés.

Alors que vous fumez une cigarette à côté de votre voiture pour vous calmer, vous recevez un appel de votre secrétaire. Madame Jansen a appelé le magasin pour la dix-septième fois et a menacé de vous donner un avis Google de zéro étoile si quelqu'un ne passe pas aujourd'hui pour réparer les rayures sur sa clôture. Il y a six semaines, on lui avait promis que quelqu'un viendrait.

« Pierre ne peut pas faire ça, avec son entorse à la cheville ? » lui demandez-vous. Mais entre-temps Pierre a appelé pour dire que sa cheville semblait cassée. Le médecin lui a interdit de travailler pendant quatre semaines. Vous poussez donc un profond soupir, vous vous arrêtez dans une quincaillerie, vous achetez une bombe de peinture et vous vous rendez à l'adresse de Madame Jansen. Là, vous affichez votre plus beau sourire et, tout en vous excusant abondamment d'avoir pris tant de temps, vous retouchez les quelques petites taches sur la clôture, après quoi elle vous informe sans ménagement qu'elle vous attribuera quand même une note de zéro étoile, parce que rien de tout cela n'est acceptable.

Lorsque vous rentrez enfin au bureau, votre secrétaire est en train de ranger ses affaires. Sa journée est terminée, tandis que la vôtre commence maintenant. Heureusement, elle vous a apporté des sandwichs de la boulangerie et préparé un thermos de café.

Vous vous affalez sur votre chaise et ouvrez votre programme de messagerie. Le premier e-mail provient du comptable. Le service des impôts n'est pas d'accord avec la déclaration de revenus de l'année dernière et a envoyé un nouvel avis d'imposition, vous demandant de bien vouloir virer cent mille euros avant la fin du mois.

Pouf. Le trou noir.

Vous ne vous souvenez plus de ce qui s'est passé ensuite, de ce que vous avez fait et de ce que vous n'avez pas fait dans l'intervalle, mais un peu après 19h30, vous êtes surpris par le téléphone. C'est votre petite amie, qui a préparé le dîner et vous demande si vous rentrez à la maison. En mode pilote automatique, vous fermez tout et montez dans votre voiture. « Comment s'est passée ta journée ? » demande-t-elle joyeusement lorsque vous entrez. « Oh, normale. Comme d'habitude. » <

0 vue0 commentaire

Comments


Address

Viller Mühle, Viller 32
47574 Goch, Germany

Phone

🇩🇪 +49 2823 9453014

🇳🇱 +31 85 2088447

🇬🇧 +44 1227 919552

Email

Impressum

bottom of page